La protection et le soutien de la nature ne s’arrêtent pas à nos fermes. Nous regardons au-delà de nos terres.

Encourager la biodiversité partout dans le monde.

Donner un coup de pouce à la nature, ça ne se limite pas à notre chez-soi. Ce doit être un effort planétaire. C’est pourquoi nous participons à des projets dans la forêt tropicale bolivienne et dans des plantations d’amandiers californiennes. Nous voulons que la nature explose de partout sur cette Terre.


Noix du Brésil… boliviennes

Protéger l’Amazonie, une noix à la fois

Nous adorons les noix du Brésil, car elles s’adaptent parfaitement aux grappes dorées croquantes que nous cuisinons. Mais elles sont bien d’autres choses encore. À commencer par le fait que la plupart d’entre elles viennent… de Bolivie, et qu’elles sont récoltées à l’état sauvage dans la forêt tropicale amazonienne.

En travaillant de concert avec le CIPCA (Centre bolivien pour la recherche et la promotion des petits producteurs), nous venons en aide à quinze communautés de l’Amazonie bolivienne pour que ces communautés et la forêt tropicale elle-même (d’où viennent les noix du Brésil) se portent le mieux possible. La création de pépinières, le nettoyage de pistes, l’éducation sanitaire, ainsi que la formation appropriée pour apprendre comment garder les arbres de noix du Brésil et les forêts en santé, ne sont que quelques-unes des actions qui sont entreprises pour aider ces communautés à mieux vivre. De fait, en 2019, plus de 37 000 semis ont été cultivés pour aider à régénérer les arbres de noix du Brésil en Amazonie.

Tout cela fait de la noix du Brésil une sorte de super vedette, car en appuyant les communautés amazoniennes, nous venons en aide à la forêt tropicale pour qu’elle reste intacte, tout en favorisant la production de noix du Brésil et en protégeant la nature en Amazonie.

Vincent Vos, un de nos collaborateurs locaux, résume la situation ainsi : « Actuellement, de grandes parties de l’Amazonie sont fortement menacées d’être transformées en élevages de bétail et en productions agro-industrielles. De fait, la destruction de l’habitat est la première cause de perte de biodiversité dans la région. La CIPCA s’efforce de proposer des options économiques basées sur des récoltes durables de produits forestiers qui incluent les noix du Brésil, le cacao et les baies d’açai, et ce, tout en promouvant la restauration de la forêt amazonienne grâce à l’implantation de systèmes agroforestiers. Ces systèmes ne vont pas seulement apporter sécurité alimentaire et revenus pour les familles locales, mais ils aideront aussi à favoriser la biodiversité et le fonctionnement de tout l’écosystème amazonien. »


SEEDS FOR BEES

Tout un buzz en Californie!

Comme les noix du Brésil, les amandes comptent parmi les noix que nous aimons le plus. Tout comme beaucoup d’entre vous, d’ailleurs! Mais les amandes ont besoin d’un peu d’aide pour grandir. Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), 75 % des principales récoltes mondiales dépendent de la pollinisation animale. Cela inclut les plantations d’amandiers de Californie où les abeilles sont absolument essentielles à la croissance du fruit.

Normalement, les amandiers poussent dans de grands vergers, et ils sont des milliers à fleurir simultanément. Bien que ce soit un très beau spectacle, n’avoir qu’un seul type de plantation n’est pas souhaitable pour la nature. Particulièrement pour les abeilles et les autres pollinisateurs qui sont vitaux pour la survie de ces arbres. S’il n’y a qu’un seul type d’amandier à leur disposition, les abeilles n’auront pas autre chose à manger si ces amandiers ont une floraison tardive, et personne ne veut vraiment affamer les abeilles! C’est pourquoi nous travaillons avec Projet Apis m. dans le cadre de leur projet ‘Seeds for Bees’ project.

‘Seeds for Bees’ (Des semis pour les abeilles) aide à garder les abeilles mellifères en santé et à préserver la biodiversité des plantations d’amandiers en plantant un astucieux mélange de plantes et de fleurs sauvages entre les amandiers. Les abeilles ont ainsi de quoi de nourrir quand les fleurs des amandiers se font rares. Il en va de même pour les autres pollinisateurs. Les plantes ont cette qualité de pouvoir durer plus longtemps après la floraison des amandiers, procurant ainsi tout au long de l’année abri et alimentation à des insectes indigènes comme le papillon monarque. Par ailleurs, la santé des fermes d’amandiers est améliorée parallèlement, car le sol est amendé par les racines des plantes. Celles-ci filtrent efficacement l’essentielle eau de pluie dans le sol et rendent les plantations d’amandiers encore plus durables à long terme. En 2019, nous avons favorisé la croissance de plus de 1 200 acres de ces très utiles plantes.